La symbolique, pas plus que les croyances populaires, ne font de différence entre le lièvre et le lapin. Pour certaines civilisations anciennes, le lièvre était un « animal de la lune » car les taches sombres que l’on peut voir sur le disque lunaire ressemblent à un lièvre en pleine course.

Encyclopédie des symboles

(sous la direction de Michel Cazenave, La Pochothèque,1996)


auteur-éditeur : www.remy-leboissetier.fr

samedi 22 mai 2010

La Contrepétothèque [Littérature]


La Contrepétothèque, comme son nom l'indique, repose sur un système de permutation de lettres et de recombinaison sonore. Plus de 80 titres d'ouvrages littéraires ont été jusqu'à présent "contrepétés". Il s'agit bien entendu de retrouver le titre original ainsi que leur auteur. Pour rendre l'exercice plus ludique, le lièvre lunaire a entrepris de composer le portrait d'auteurs-monstres. Ainsi, derrière ce visage hybride se dissimule trois écrivains dont les titres de livres sont, de haut en bas, les suivants :

1. Le tire-lièvre (auteur français)
2. Le maigre émir te rate (auteur russe)
3. La dîme de Pâques (auteur russe)

à lire dans tous les sens, en mâchouillant bien chacune des syllabes...

< Les composantes de l'auteur-monstre ont été ici simplement déplacées (contrepèterie visuelle) : l'auteur du titre 1 occupe maintenant le milieu du visage, celui du titre 2 le bas et celui du titre 3, évidemment, le haut.

samedi 8 mai 2010

Des liens, Giordano Bruno [Allia]

L’imagination est à la fois une faculté d’unification et d’exploration dynamique du réel. Elle unifie en monde les images reçues des sens, pendant qu’elle invente ce dernier autrement en les recomposant […] L’imagination est le sens des sens. La raison en est que l’esprit imaginatif lui-même est l’organe sensoriel le plus synthétique et le premier corps de l’âme […] Ce sens contient la partie supérieure de l’être vivant […] Car c’est autour de lui que la nature a constitué toute la machinerie de l’individu. Cela désigne le premier véhicule de l’âme, le moyen terme entre le temps et l’éternité, ce par quoi nous vivons le plus, c’est-à-dire, l’esprit imaginatif.



Quatre siècles après avoir été supplicié sur le bûcher de l’Inquisition à Rome, Giordano Bruno parle encore à la sensibilité de chacun et son œuvre aide à l’intelligence. Ce n’est que justice, contre l’aveuglement et la cruauté de ses détracteurs, pour l’essentiel cléricaux. Philosophes, essayistes, scientifiques, historiens, écrivains ou artistes ont commenté et analysé la pensée de Bruno. Les multiples intérêts qu’il suscite attestent de l’étendue de son savoir et de son implication dans les différents domaines de la connaissance et leurs formes d’expression.

Pour peu qu'on le dégage des interprétations réductrices et de quelques mythes persistants, Bruno intéresse aujourd'hui tant la philosophie que la poétique, tant l'art dramatique que l'histoire des sciences.
Giovanni Aquilecchia : Giordano Bruno, Les Belles lettres, 2000 - extrait de la préface de l’éditeur.
 
Il est nécessaire que celui qui doit former un lien possède en quelque façon une compréhension de l’ensemble de l’univers.


De vinculis in genere [Des liens en général], composé entre 1589 et 1591, demeuré inédit jusqu’à la fin du XIXe siècle, nous intéresse en particulier parce que, comme le note Thierry Bardini, une "théorie du lien est fort à propos à l’heure du World Wide Web, des arts médiatiques et, plus généralement, de la cyberculture triomphante" et par le fait qu’il est, comparativement à d’autres ouvrages de Bruno, nettement plus abordable (on trouvera chez le même éditeur et dans la même collection, le court traité De la magie).

Le philosophe-poète de la Renaissance (tardive) a non seulement étudié les principaux domaines de la connaissance mais écrit une série d’ouvrages dans des genres divers, abordant des sujets faisant ouvertement débat.
Giordano Bruno, tôt formé à l’art de l’éloquence et de la mémoire, diplômé de théologie, devait ne pas craindre les contradicteurs et surtout, avoir la passion de la discussion, de l’échange d’idées. On ne perçoit aucun sectarisme chez Bruno, son approche multiforme laissant, contre toute norme et diktat, porte ouverte à l’infini des mondes ; trop grande ouverte, cette porte autorisant l’imagination à se porter vers tous les possibles, fit craindre aux « gardiens du dogme et soldats du pouvoir » (Richard Martel) un abîme menaçant, un foyer de la subversion. Bien à tort, puisque Bruno appelait de ses vœux un principe de tolérance : la religion de la coexistence pacifique des religions, uniquement fondée sur la règle de l’écoute mutuelle et de la discussion libre. Coexistence dont nous en sommes encore loin !

S'il a attiré l’attention de certains hommes de pouvoir (le roi Henri III, admirant son art de la mémoire, le protège), Giordano Bruno n’a jamais pu s’aligner avec les valeurs religieuses de son temps : excommunié successivement par les catholiques, les calvinistes et luthériens, l’audacieux intellectuel, « académicien de nulle académie », comme il s’était défini lui-même, se fait bien plus d’ennemis que d’amis, non seulement chez les religieux, mais aussi chez les docteurs d’Oxford, les « ânes » grammairiens, tous les puristes et autres puritains, ce qui le conduira à mener une vie d’errance, avant d’être condamné à l’emprisonnement – et soumis à la question.

Ni athée ni matérialiste, Bruno refuse de s’inféoder à un courant […] Il pense le contradictoire, ne cesse de décentrer son point de vue, en s’affranchissant de tout horizon de pensée : jamais il ne cède à la tentation d’élaborer une systématique et s’il revendique l’inaccessibilité de l’absolu, c’est pour mieux s’interdire de cautionner le relativisme des sceptiques.
Bertrand Levergeois, Girodano Bruno, Fayard, 1995.

C'est bien en penseur de la Renaissance que Bruno défend la diversité des enseignements et la globalité du savoir :
statue de Bruno - Campo dei Fiori, Rome
Parce que c’est d’un ambitieux et d’un cerveau présomptueux, vain et envieux de vouloir persuader les autres qu’il n’y a qu’une seule voie d’investigation et d’accès à la connaissance de la nature ; et c’est d’un insensé et d’un homme déraisonnable de se le donner à croire à lui-même.

À propos de tolérance, de la concorde des peuples et du respect de leur culture, le constat qu’il fait des comportements ayant suivi la découverte du Nouveau Monde est sans équivoque :
Les Tiphys (les conquistadors) ont découvert le moyen de troubler la paix d’autrui, de violer les génies des peuples, de confondre ce qu’avec prévoyance la nature avait distingué, de redoubler les maux du monde par les effets du commerce, de créer une chaîne de vices d’une génération à l’autre, de propager avec violence des folies sans précédent, de semer des désordres inouïs sur des terrains encore vierges, en considérant en fin de compte la raison du plus fort comme la meilleure ; ils ont renouvelé le goût, les instruments, les méthodes de la tyrannie et du meurtre ; de sorte qu’un jour viendra où les hommes, instruits à leurs dépens par les vicissitudes et la force des choses, auront assez de savoir et de moyens pour faire fructifier — en les aggravant — ces inventions si pernicieuses.

En automne 1591, Bruno se retrouve à Venise, à l’invitation de Giovanni Mocenigo, un praticien qui désire apprendre de lui l’art de la mémoire et de l’invention. Mais rapidement, la mésentente s’installe. Tandis que Bruno veut rejoindre Francfort pour la publication d’ouvrages, estimant avoir traité Mocenigo avec suffisance, ce dernier estime avoir été floué. La situation s’envenime. En mai 1592, Mocenigo adresse une lettre de dénonciation à l’inquisiteur de Venise. Bruno est d’abord emprisonné dans cette ville, où il est soumis à un premier procès conventuel. En 1593, suite à une demande d’extradition de l’accusé, Bruno est conduit à Rome dans les prisons du Saint-Office. Bruno se présente comme un philosophe incompétent en matière de théologie, mais les accusations portent plus sur l’exercice de la foi que sur la recherche de la vérité, alors que, comme le note Bertrand Levergeois en introduction de sa biographie de Bruno, "la rupture avec son ordre, son itinéraire d'exilé à travers l'Europe, sa quête inlassable d'une chaire où professer librement, ses écrits nombreux bien qu'échelonnés sur moins de dix ans, sa fréquentation des milieux intellectuels et des plus hautes sphères politiques : tout montre qu'il échappe à son obédience d'origine". Aujourd'hui encore, les autorités de l'Église de Rome, refusant sa réhabilitation, préfèrent confiner Bruno dans son hérésie plutôt que de lui reconnaître le statut légitime de philosophe.
Parmi les quatorze chefs d’accusation du procès, lequel dura sept années, figurent : la négation de la transsubstantiation ; la mise en doute de la virginité de Marie ; le rejet du dogme de la Trinité ; le séjour dans différents pays hérétiques et l’adoption de leurs usages ; les moqueries à l’encontre du pape ; la croyance en l’existence de mondes innombrables et éternels, etc.
À plusieurs reprises, Bruno abjure, mais s’il se rétracte sur certains points, il se défend sur d’autres, remet en cause certaines propositions, adresse trois mémoires pour sa défense, dont on ne retrouvera pas trace… Au final, il se refuse à toute abjuration, déclarant n’avoir aucune raison de se repentir et après avoir écouté la sentence du jugement qui le condamne au bûcher, Bruno ne se soumet pas plus : la lecture à peine achevée, il se relève et lance vers ses juges :
Vous qui prononcez contre moi cette sentence, vous avez peut-être plus peur que moi qui la subis.
Une semaine après, le 17 février 1600, Bruno « fut mis à nu, attaché au poteau du bûcher, après qu’on lui eût passé un mors dans la bouche pour qu’il ne profère plus un seul mot. »
Prohibés, ses livres brûlèrent avec lui – pas tous, heureusement, ceux-ci étant un lien que certains hommes surent préserver, faisant de bon droit passer son nom à la postérité, de la Terre à la Lune, et dans la pluralité des mondes.
  • Biblio : N°97 de Inter, art actuel (dossier consacré à Giordano Bruno)
  • Web : pour un survol

mercredi 5 mai 2010

La lune : voyages et spéculations III [1705 > 1783]



< 15
Daniel Defoe (1660-1731)
The Consolidator, 1705
L’auteur bien connu de "Robinson Crusoé" décrit un voyage entre la Chine et la Lune à bord d’un appareil nommé "The Consolidator". Il s’agit d’une satire politique visant le pouvoir oligarchique du parti whig.




< 16
Murtagh McDermot, pseudonyme
A trip to the moon, 1728
Le héros s’embarque à Dublin sur le vaisseau "The Runner" qui va aux îles Canaries. Après avoir accosté à Santa Cruz, le voyageur décide de monter au pic de Tenerife (ancien volcan de 3710m). Au terme de son ascension, le héros est surpris par une tempête tourbillonnante — un vortex — qui l’emportera jusqu’à la Lune.


< 17
Claude Crébillon fils (1719-1792)
Mille et une fadaises, contes à dormir debout, 1742
Au chapitre VII, se présente Brillandor, chevalier provenant de la Lune. Le personnage explique avoir subi la loi de l’attraction terrestre, après s’être occupé de "remplir" sa tête, alors que ses concitoyens lunaires gardent leur cerveau vide et sont si légers qu’ils ne touchent pas le sol. Brillandor est arrivé sur notre planète en "glissant le long d’un arc-en-ciel".




< 18
Charles-François Tiphaigne de la Roche (1722-1774)
Amilec ou les graines d’hommes, 1754 [suivi de Zamar, député à la lune ; et de Suite de Zamar]
Sur ordre d’Amilec, le Génie qui préside à la multiplication de l’espèce humaine, le député Zamar est parti peupler la Lune avec des graines d’hommes. Cinq cents ans plus tard, Zamar écrit à son maître et l’informe qu’il a trouvé sur la Lune une population encore plus importante que sur Terre : ces hommes, qui "tirent leur origine des graines d’Étourdi" (auxquelles votre lièvre précieux accorde une attention particulière) et qui ont colonisé l’astre à leur insu, considèrent qu’on ne "peut être heureux sans être fou, et ils regardent l’étourderie comme la plus utile qualité".

< 19
M. de Listonai, pseudonyme de Daniel-Jost de Villeneuve (17..-17..)
Le voyageur philosophe dans un pays inconnu aux habitants de la Terre, 1761
En voyage aux chutes du Niagara, le narrateur découvre un "vaisseau de structure singulière" (dont l’ancre est un cerf-volant aussi long que la queue d’une comète) et ses membres d’équipage, en majeure partie de sexe féminin. Le voyageur embarque avec eux et atteint la lune. Sur Selenopolis, il découvre tristement que tout est comme sur la Terre. Dans une région de l’Amérique lunaire, il rencontre un vieil homme qui est en quelque sorte son double et le récit se développe ensuite à la façon du conte philosophique, popularisé par Voltaire.



< 20
Marie-Anne de Roumier (1705-1771)
Voyages de Milord Céton dans les sept planètes ou le nouveau Mentor, 1765
Il s’agit d’un conte moral. Un génie nommé Zachiel transforme notre héros en mouche et ils vont ainsi circuler librement de la Terre à la Lune puis dans les autres planètes.
« Milord Ceton, élevé par les soins d’un génie du premier ordre, commence ses voyages dans la lune […] C’est de ce monde qu’il nous dépeint ce caractère de frivolité, cet amour de la nouveauté et l’inconséquence de la conduite des habitants de cette planète, qui, comme l’on sait, est sujette à mille variations. » (extrait de la préface de l’éditeur)
 
21
William Thomson
The man in the moon, or, travels into the Lunar regions, 1783
Aucun accès documentaire.

à suivre...

mardi 4 mai 2010

Blue Marble, Aiko Shimada [Tzadik]


L’illustration du disque (Hiroshi Kimura) a bien sûr immédiatement tapé dans l’œil du Docteur, et c’est pourquoi il l’a emporté au fond de son terrier, dans ses quartiers lunaires. Le contenu musical a moins saisi son oreille. Disons que, hors de ce saisissement, votre lièvre précieux a longtemps balancé, d’une patte sur l’autre, avant de se déclarer néanmoins satisfait de son acquisition, parce que ce "marbre bleu" a justement quelque chose d’insaisissable, non par sa vitesse qui n’a rien de cuniculaire ; un charme, entendez bien, par définition indéfinissable, qui opère lentement, sans prétentieuse attaque, mais s’accomplit sans bruit, courbant l’arc de votre volonté. On peut alors s’occuper à autre chose, comme piler dans son mortier des branches de cannelle, laisser traîner une oreille et se gratter l’autre avec délectation. Aiko Shimada n’est certes pas du genre à frapper du pied et nous les chauffer (les oreilles). Pas de rififi sonore, en tout cas : nouvelle musique de chambre, rock dévertébré, néo-classique déclassifié ? Prédominance des instruments à cordes, parsemés de rythmes et mixtures électroniques... qui laisse parfois une impression trop appliquée, trop sérieuse, trop "moderne". Cela dit (tout en se grattant la patte), nous dérivons avec douceur vers les contrées du rêve. Et plus le disque avance, plus on s’enfonce dans cet arrière-pays, en marchant sur la pointe des oreilles, par contraction sonore et dilatation du silence, de l’autre côté du miroir où transparaissent les silhouettes de plus graves fantômes. Céleste et à la fois marmoréen. On devient par là même un peu pâle et bleuté, éthéré, volatile, plus léger que l’air. Aiko Shimada nous porte pour finir à évaporation complète à la suite d’un morceau de plus de dix minutes (le temps, le temps… Qu’est-ce que le temps ?)
Eyvind Kang, producteur avec Evan Schiller, apporte sa présence avec une discrétion assurée (7 titres sur un nombre de 9) et le guitariste Bill Frisell vient s’associer pour les deux derniers titres. Reste un manque : celui de ne pas comprendre ce que nous conte Aiko dans sa langue maternelle… L’absence de livret est trop souvent regrettable.

La chasse de Vénus


Associés à la déesse de l’Amour en colère, les lièvres qui se multiplient sont des symboles d’euphorie érotique. Les connotations sexuelles du lièvre se vérifient par le fait que cet animal est le symbole archétypique de la procréation. En outre, le lièvre est ambivalent car on peut le tenir pour moral ou immoral. Les Hébreux le considéraient comme un animal « impur » (Deutéronome XIV, 7), symbole de la luxure et de la fécondité. Le lièvre est aussi une figure allégorique de la vitesse et de l’insaisissable, ce qui le rattache à la lune mercuriale. En Grèce, la déesse de la lune, Hécate, était associée au lièvre. L’analogue allemande de cette dernière, Harek, était aussi accompagnée de lièvres.

L’alchimie, Johannes Fabricius, éditions Sand, 1996

Le cœur noir et blanc de Vénus traversé d’une flèche et brûlant d’amour domine une chasse au lièvre circulaire. Cette illustration de la chasse de Vénus par Basile Valentin s’accompagne des vers suivants :

La chasse de Vénus a commencé ;
En vérité, si le chien attrape le lièvre
Celui-ci ne fera pas de vieux os.
Cela est le fait de Mercure, car lorsque
Vénus se met en colère
Elle produit une quantité épouvantable de lièvres.
Protégez donc Mars de votre épée
Afin que Vénus ne se transforme pas en putain.





illustration de Jackie Morris
Malheureusement dépourvue du cœur de Vénus et des trois chiens de la ronde, le motif de la chasse et le thème de la dualité disparaissent, comme vidés de leur sang...